fbpx

OmiseGo Guide Complet : Comprendre, Acheter, Utiliser, Sécuriser

  • “Unbank the Banked”, débancariser les bancarisés, telle est la devise d’OmiseGo. Alors comment cette crypto monnaie permet-elle d’oublier les banques ? C’est ce que nous allons voir dans ce guide qui te permettra de construire ton propre avis.

Qu’est ce qu’OmiseGo ?

OmesiGo est pour l’instant un Token fonctionnant sur la blockchain Ethereum. On le reconnait sous le sigle OMG.

Token créé le 14 juillet 2017, plus de 102 millions sont aujourd’hui en circulation, avec un market cap de près de 746 millions de dollars USD.

Les créateurs sont partis d’un constat tout simple ; les entreprises, les banques et même les particuliers souhaitent tous avoir à disposition un outil permettant l’échange de valeurs entre deux personnes ou entités tout en réduisant les coûts au maximum.

Permettre de se passer de la carte bleue, aussi jolie soit-elle, ou même de son compte Paypal, c’est la volonté première de la start-up.

C’est pour cela qu’elle met actuellement au point un « portefeuille numérique » personnalisable, c’est-à-dire pouvant s’adapter à toutes les demandes (entreprises, particuliers, banques). Basiquement, c’est un portefeuille sur lequel on peut mettre de l’argent ou en sortir pour payer un bien, même si l’on a pas de compte bancaire. Bitcoin propose la même chose vous allez dire : oui, mais il n’y a pas de plateforme de paiement dédiée, on ne peut payer qu’en Bitcoin vient des exchanges.

Les transactions réalisées par le biais de ce portefeuille seront validées sur la blockchain d’OmiseGo et ainsi très sécurisées. De plus, tout cela est pensé dans l’optique d’une utilisation sur smartphone : rapide, pratique, décentralisé et très sécurisé.
C’est d’ailleurs pour cela que McDonalds a annoncé récemment son partenariat avec OmiseGo en Thaïlande. Cela va devenir la plateforme de paiement officielle pour les commandes en ligne, par ordinateur ou sur smartphones (McDelivery)! La plateforme que propose OmiseGo a un atout non négligeable : il n’y aura pas de redirection sur une autre page pour procéder au paiement, tout se fait sur une seule et unique page. Tu l’auras compris, pour McDonald’s, c’est de l’or : le taux de conversion visite du site-commande va grimper en flèche. De plus, ça va permettre à la start up de donner plus de solidité à son token, ce qui n’est vraiment pas rien !

Et ce n’est pas tout, OmiseGo voit grand. En effet, dans un futur proche, la start-up devrait pouvoir proposer à tout le monde de retirer et de faire des dépôts sur son propre compte OmiseGo : c’est le futur des distributeurs automatiques de billets, aujourd’hui possédés par les banques.
Pour résumer, OmiseGO est une crypto monnaie directement reliée au réseau Ethereum qui te permettra de réaliser des transactions financières telles que des transferts de fonds, des paiements, ou bien si tu es employeur, tu pourras payer tes salariés, ou bien tes fournisseurs etc…

L’histoire de l’OMG

Qui et quand ?

Jun Hasegawa, entrepreneur confirmé et expérimenté, avec notamment plus de 15 ans dans le milieu du web design, et son ami Donnie Harinsut, se sont lancés dans l’aventure OmiseGo en juillet 2017. Ces deux hommes pleins de projets avaient déjà créé la société Omise en 2013, désormais très connues pour ses moyens de paiement.
Pour se lancer, OmiseGo a dû passer par le fameux processus de l’ICO (Initial Coin Offering), qui peut être similaire à une levée de fond avant introduction en bourse (IPO : Initial Public Offering). N’importe qui peut se positionner et se procurer des jetons (il faut au préalable être sélectionné : on dit même « être sur la white-list ») qui prendront de la valeur (ou pas) une fois que la crypto-monnaie sera rendue disponible sur les plateformes d’échanges.
Durant l’ICO, OmiseGo a levé environ 25 millions de dollar. Presque 100 millions de token on été vendu avec chacun prix d’environ 0,24$. Ce qui nous fait aujourd’hui un retour sur investissement à plus de 2500%.

La croissance

OmiseGo, comme beaucoup de crypto monnaies, a connu une très grande volatilité. Lors de son lancement le prix a directement doublé et le token s’échangeait à 0,50 centimes.

Le 12 septembre 2017, tout juste 3 mois après son apparition sur les plateformes d’échange de crypto monnaies, le token OMG s’échange à plus de 12$.
C’est en janvier 2018 qu’il atteindra son maximum puisque le prix atteint les 26$.

Après cette vague d’euphorie, le prix d’OmiseGo retomba petit à petit à 6$.

Les problèmes

Pour l’instant OmiseGo n’a subi aucun piratage ni de problèmes majeurs.

La seule arnaque connue fut un faux airdrop faisant croire qu’OmiseGo allait donner des tokens pour en fait récupérer la clé privée des utilisateurs. Ce qui était bien entendu faux et qui n’a, heureusement, pas eu trop de répercussions.

Sécurité et processus de validation

Les transactions d’OmiseGo sont validées par la proof of stake. Il n’y a donc pas besoin de matériel pour miner cette crypto-monnaie.

Aucun nouveau token ne sera créé, il y en aura toujours 140 millions. L’équipe d’OmiseGo détient 40 millions de token OMG et les 100 autres millions sont possédés par divers investisseurs.

Comment acheter du OMG ?

  • Premièrement, il te faut créer un compte sur Coinbase, la plateforme de référence pour acheter de l’Ethereum ou du Bitcoin.

 

  • Tu vas ensuite transférer ton Ethereum sur la plateforme Binance, dont on te parle dans la vidéo suivante.

Minage de l’OMG?

Le minage d’OmiseGo n’est pas possible.

Comment sécuriser mon OMG ?

Excellente question ! Je te conseillerais de le sécuriser par cold wallet (c’est-à-dire hors-ligne). Il existe de nombreux moyens tels que des Ledger Nano (une sorte de clé USB sur laquelle tu peux stocker tes crypto monnaies hors-ligne, et en plus, c’est français !). Régulièrement mis-à-jour, c’est le top question sécurité ! Ces cold-wallets, tu peux les trouver sous d’autres formes, comme un disque dur externe ou même une simple feuille de papier, ressemblant à un billet de banque, sur lequel est stocké ton trésor…

En quoi c’est différent du Bitcoin?

Tout comme le Bitcoin, qui fonctionne sans autorité centrale, la volonté est une nouvelle fois de se séparer des banques, pas parce qu’on ne les aime pas, mais parce que ça coûte cher et le transfert d’argent prend du temps. C’est une monnaie d’échange qui permet de régler ses achats dans le monde entier en temps réel sans communiquer de coordonnées bancaires.
Le Bitcoin peut être miné et a besoin de super calculateurs qui viendront valider les transactions.

Là où OmiseGo se démarque, c’est qu’il permet de réaliser des paiements dans n’importe quelle crypto-monnaie, Bitcoin, Ethereum ou autre. C’est un gros avantage pour le commerçant car il lui suffit de disposer de l’application OmiseGo et du portefeuille afin de les accepter.

Les inconvénients de Omisego

  • Un projet très jeune;
  • Une forte dépendance vis-à-vis de l’évolution d’Ethereum.

Les avantages de OmiseGo

  • Une équipe disponible et très à l’écoute;
  • Une entreprise déjà active;
  • Une équipe solide avec de très grandes connaissances;
  • De très bon conseillers : Vitalik Butterin et le créateur du lightning network;
  • Le projet est réfléchi, tout est fait de manière très professionnelle;
  • L’équipe OmiseGO est en contact avec le gouvernement Thaïlandais;
  • Une volonté de s’étendre.

     

OmiseGo en une phrase

Banque, remise et échange.

Conclusion / Analyse

A ce jour, Omise connaît déjà un grand succès, avec plus de 50 000 commerces qui l’utilisent en Thaïlande, au Japon, à Singapour et en Indonésie. Comment ne pas croire au succès de OmiseGo ? Il est tout de même important de signaler que cette crypto monnaie n’est pas uniquement à voir avec l’œil de l’investisseur désireux de faire des plus-values, non (même si c’est vraiment cool). Il faut aussi comprendre la technologie qui est derrière, s’intéresser aux projets. OmiseGo apporte une vision de l’échange à l’opposée de ce que nous connaissons aujourd’hui. A l’heure où les banques se battent pour rester compétitives, des entrepreneurs n’attendent pas et proposent de nouvelles choses qui pourraient bien devenir banales d’ici quelques années.